Les retards de paiements au plus haut niveau depuis 10 ans !!

Les retards de paiements au plus haut niveau depuis 10 ans !!

Les résultats du dernier indicateur Altares montrent que les retards de paiement sont au plus haut depuis 10 ans. A 3,87 milliards d’euros à fin juillet, ils sont en hausse de 11,7 % par rapport à juillet 2014, d’après l’indicateur qui analyse les factures des 120 plus grands donneurs d’ordre en France. Le retard de règlement moyen est de à 13,5 jours contre 11,8 jours un an plus tôt.

Depuis un an, les comportements de paiement inter-entreprises se durcissent en France. Altares a analysé les balances âgées des entreprises portant sur plus de 211 millions de factures, lui permettant de connaître précisément le comportement de paiement des clients privés et publics vis-à-vis de leurs fournisseurs et de suivre en permanence le montant des règlements effectués au-delà du délai contractuel. Si ces données sont confidentielles, il est possible d’en tirer, notamment, un indicateur consolidé sur le comportement de paiement de 120 plus grandes entreprises grands donneurs d’ordre en France. Les retards de paiement sont actuellement au plus haut depuis dix ans. « Près d’un acteur sur trois (31%) décale le paiement de ses factures d’au moins 15 jours », analyse Thierry Millon, directeur des études d’Altares. La pratique n’est pas exclusive : les TPE comme les grandes structures alimentent le crédit fournisseur qui pèse déjà 635 milliards d’euros, soit près du tiers du PIB de la France. Ce deuxième indicateur de la Médiation inter-entreprises associée à Altares confirme ces tensions chez les grands donneurs d’ordre également.

Le retard de règlement moyen des 120 entreprises grands donneurs d’ordre s’établit à fin juillet 2015 à 13,5 jours contre 11,8 jours un an plus tôt. La situation a néanmoins tendance à se stabiliser depuis le printemps, après que le plafond des 14 jours a été franchi en début d’année 2015.
Près d’une grande entreprise sur deux (48,7 %) reporte ses paiements d’au moins 15 jours. C’est très au-dessus de la moyenne (31 %). Toutefois, ces retards sont essentiellement concentrés sur une période de 15 à 20 jours, tandis que sur l’ensemble des structures françaises, les décalages peuvent dépasser 30 jours (8 % des entreprises).
Retombé juste sous la barre des 4 Mds lors du baromètre précèdent, après un pic à 4,163 Md€ en janvier, le montant des retards des 120 donneurs d’ordre considérés représente encore 3,874 Md€. Ce chiffre lourd, qui demeure supérieur de 400 M€ à celui calculé en juillet 2014, sera réactualisé tous les trimestres et pourrait être affiné par secteur d’activité.

 

source: ALTARES

article sur La tribune par Céline Lansusse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>